VAE et VAP

VAE et VAPVAE et VAP

VAE : Validation des Acquis de l’Expérience | VAP : Validation des Acquis Professionnels
Deux procédures pour des objectifs différents

La VAE

La VAE peut permettre d’obtenir la totalité ou une partie d’un diplôme, sur la base de l’expérience.
Le candidat à la VAE doit démontrer que ses acquis professionnels et personnels correspondent aux connaissances et aux aptitudes exigées pour l’obtention totale ou partielle du diplôme visé.
Il convient donc en amont de mener une réflexion sur son expérience professionnelle afin de choisir la bonne filière et le bon diplôme.

Qui peut en bénéficier ?

• Toute personne (salariée, non salariée) pouvant justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans en rapport avec le diplôme visé ;
• Au cours de la même année civile, le candidat ne peut déposer pour un même diplôme qu’une seule demande, dans un seul établissement.

La VAP

La VAP : un dispositif pour faciliter l’accès à la formation et reprendre des études La VAP (Validation des Acquis Professionnels pour dispense de titre) peut vous permettre d’être candidat à une formation diplômante, en l’absence des diplômes préalablement requis pour y accéder.

Qui peut en bénéficier ?

Toute personne répondant aux conditions de la formation continue :
• Avoir au moins 26 ans au 1er janvier de l’année de formation ;
• Avoir au moins 3 ans d’expérience professionnelle en rapport avec la formation visée ;
• Conditions liées au diplôme : CAP, BAC Pro, BTS : le candidat doit impérativement être titulaire d’un diplôme inférieur.

Quelle est la procédure ?

Contactez le service Formation continue qui vous accompagnera.
Tél : 04 74 68 25 32

Salarié en formation continue

Salarié en formation continue

“Effectuer une formation continue, c’est être acteur de son évolution professionnelle, faire évoluer ses savoirs et savoir-faire, donc augmenter son employabilité.“

La formation continue s’adresse aux personnes rentrées dans la vie active, c’est-à-dire aux salariés en entreprise, aux travailleurs indépendants, aux professions libérales, aux demandeurs d’emploi, aux retraités mais aussi aux étudiants dans le cadre d’une formation en alternance.
En France, la loi impose aux entreprises de consacrer une part de leur budget à la formation de leur salarié, afin qu’ils acquièrent de nouvelles compétences, qu’ils évoluent dans leur domaine, ou dans le but d’une reconversion professionnelle.

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation
Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Il permet l’acquisition d’une qualification professionnelle (diplôme, titre, certificat de qualification professionnelle, etc.) reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle. L’objectif étant l’insertion ou le retour à l’emploi des jeunes et des adultes.

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail en alternance qui permet d’associer :
• l’acquisition d’un savoir théorique en cours (enseignement général, professionnel ou technologique) ;
• et l’acquisition d’un savoir-faire pratique au sein d’une ou plusieurs entreprises.
Le contrat de professionnalisation s’adresse :
• aux jeunes de 16 ans à 25 ans révolus pour compléter leur formation initiale ;
• aux demandeurs d’emplois d’au moins 26 ans ;
• aux bénéficiaires du RSA ;
• aux bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ;
• aux bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ;
• aux personnes ayant bénéficié d’un contrat unique d’insertion (CUI).

Rémunération

Dans le cadre d’un contrat de professionnalisation, il faut savoir que le salaire de l’apprenant dépend également du niveau de qualification.
La rémunération minimale est calculée en pourcentage du SMIC ou du salaire conventionnel de l’emploi occupé s’il est plus favorable.

Base SMIC au 1/01/2019 pour 151,67 heures/mois (35h/semaine) 1 521,22 €
Formation initiale Moins de 21 ans De 21 ans à 25 ans révolus
Niveau inférieur au BAC Pro 55% (836,70€) 70% (1064,90€)
Niveau égal ou supérieur au BAC Pro 65% (988,80€) 80% (1216,90€)

Note : Si vous possédez un baccalauréat général, vous ne pourrez pas prétendre à la même rémunération qu’un Bac Professionnel. Votre rémunération sera donc de 55% ou 70% du SMIC en fonction de votre âge.
Si vous avez 26 ans ou plus de 26 ans, votre rémunération ne pourra pas être inférieure au SMIC ou à 85% du SMIC en fonction de la convention de votre entreprise.